6 raisons d’opérer une veille digitale dans une PME

Opérer une veille digitale : Oui, mais pour quelles raisons ?

  • Connaitre l’action de ses concurrents sur le web :

Les monopoles n’existant plus (ou presque), l’étude de ses concurrents est une tâche indissociable de la mise en place d’une stratégie marketing et commercial. A l’heure actuelle, il y a de très fortes chances pour que certains ou la majorité de vos concurrents aient déjà initié une stratégie webmarketing.

Il est donc impératif de les observer afin de ne pas se laisser distancer, et de s’inspirer de leurs bonnes idées également !

 

  • Connaitre sa réputation en ligne :

L’émergence des forums de discussion, dans un premier temps, puis des réseaux sociaux  et sites d’avis spécialisés dans un second, a considérablement modifié la manière de maîtriser son image de marque.

 

Ne pas opérer de veille digitale à propos de son entreprise, ses marques, ses produits etc. revient donc à laisser l’image de votre entreprise sur le web entre les mains des internautes. Alors, autant cela peut être positif si vos clients ou consommateurs sont ravis de vos produits, services, service après-vente etc, autant cela peut être critique si les avis sont négatifs.

 

  • Pouvoir anticiper les situations de crises :

Connaître les bonnes techniques de veille c’est s’assurer de pouvoir repérer les premiers signes d’une crise. En anticipant cette crise potentielle, l’entreprise peut préparer sa stratégie de défense face à celle-ci.

 

Bien sûr, il ne s’agit pas de vous faire peur, les chances de subir une véritable crise étant minime. Cependant, il est important d’être sensibilisé à cette éventualité et de savoir comment répondre à cette problématique.

 

  • Identifier les canaux de diffusion de messages :

Ici, nous prendrons l’exemple du « bad buzz ». Un bad buzz est une émulation particulièrement négative autour d’un sujet.

Cependant, dans la diffusion d’un bad buzz il est important de noter que cela se propage au sein d’une communauté ou entre communautés rassemblées autour d’un centre d’intérêt (fans de football, motards, végétariens etc.) . Un bad buzz n’est donc pas forcément connu du grand public mais principalement par la communauté touchée.
Exemple : la communauté végétarienne peut être particulièrement touchée négativement par un discours sans que le grand public ne soit d’accord ou même informé du « bad buzz ».

 

Il faut donc bien identifier les différentes communautés ayant des liens directs ou indirects avec votre entreprise, produits et/ou services puis, repérer leurs canaux de communications préférés : réseaux sociaux, forums, blogs etc. On peut également constater et construire des persona relatifs à des groupes au sein d’une même communauté (Un persona est un personnage imaginaire représentant un groupe ou segment cible dans le cadre du développement d’un nouveau produit ou service ou d’une activité marketing prise dans sa globalité)  afin d’analyser comment se comporte un groupe face à un sujet, produit, service etc.

 

  • Connaitre les opportunités et les risques pour améliorer sa communication future :

En initiant une stratégie de veille sur le web qu’elle soit sectorielle ou concurrentielle, vous acquerrez des réflexes permettant de vous prémunir contre les risques mais également de déceler de nouvelles opportunités de business.
Cela permettra également de renforcer votre discours d’expertise auprès de vos clients en ayant des éléments propre au conseil à valeur ajoutée notable.

 

  • Eviter l’ « autocentrisme » :

S’informer sur ce que font ses concurrents, sur ce que disent vos clients / consommateurs, sur les mouvements du secteur permet de sortir l’entreprise de son cadre quotidien et de la pousser à se remettre en question en permanence (Comment puis-je m’améliorer ? Pourquoi disent-ils cela de nous ? etc.).

Enfin pour reprendre les termes d’un spécialiste de la communication sur le web, Nicolas Vanderbiest, « Le fait de construire son présent en pensant au futur deviendra un mouvement stratégique très rentable pour ceux qui se prêteront à l’exercice. ». Cela est tout autant valable pour la veille que pour la prise de parole en ligne et l’initiation d’une stratégie webmarketing et de communication.

 

 

 

 

 

 

 

Facebook
Twitter
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *